Après le nouvel an en famille, à côté du Lac Constance, nous repartons. En une semaine nous quittons la Suisse, passons par l’Autriche pour entrer en Allemagne. Il paraît que la Bavière est belle et elle nous permet d’éviter les Alpes, trop rudes en hiver.

La Bavière, entre pâturages et sapins

Nous traversons d’immenses étendues d’herbe grasse. Pâturages en été, ces champs sont déserts à cette saison. Nous les coupons souvent en ligne droite pour avancer d’un panneau à l’autre.
Nous pouvons de nouveau bivouaquer dans d’épaisses forêts de sapins. Je retrouve le bruit du vent dans les arbres, les craquements et quelques gouttes de pluie sur la toile de la tente. Au matin, au premier village, nous reprenons notre traditionnel café, parfois avec un bretzel.  Des petits plaisirs simples qui nous font du bien !

randonnee foret baviere

Randonnée en Bavière

randonnée allemagne neige

De nouveau la neige

L’hospitalité allemande

La pluie et la neige nous rattrappront vite. Mais l’hospitalité allemande est là pour nous réchauffer ! Une famille nous laissera installer notre tente dans leur jardin à Hölle, lieudit perdu au milieu de nulle part. Le lendemain ils nous demandent si nous avons bien dormi en enfer (« hölle » étant « enfer » en allemand). Ils nous offrent le petit déjeuner : café, confiture de surreau, fromage et Leberkäse. Ce dernier est une sorte de pain de viande, littéralement traduit en « fromage de foie ». Il est préparé à base de viande hachée très finement et cuit dans un moule à cake. La famille nous en donne un pour la route. Je dormirais bien en enfer plus souvent !

À Peiting nous passons une soirée internationale en compagnie de Haiko et Patrick.
Haiko est japonaise. Elle apprend l’allemand en suivant cinq heures de cours par jour. Ce soir, elle a invité des « camarades » de classe. C’est l’anniversaire de l’un d’entre eux. Autour de la table, des espagnols, des albanais et un syrien. Un savant mélange d’allemand et d’anglais saupoudrés d’accents en tout genre. Une soirée bien arrosée de Schnaps et de bières allemandes. Vincent joue au 21 (jeu de dés). Le lendemain, il aura le pas lourd.

soirée couchsurfing

Soirée linguistique (vive le couchsurfing)

Un autre jour, il pleut averse. Le soir approche et nous sommes trempés. Le sol est couvert de neige. Nous demandons aux habitants du village un toit, un garage ou une grange pour installer notre tente, sans succès.
Dans la dernière ferme avant la forêt, Baltazar et Sara nous proposent leur « maison des enfants » pour dormir dans le jardin. Petite cabane de bois avec canapé et chaise longue, que rêver de mieux ! Nous passons la soirée avec la famille, dans leur cuisine, à parler à l’aide de Google translate et des quelques mots d’allemand de Vincent.
Le lendemain nous assistons à la traite de leurs vingt-quatre vaches. Réveil à six heures et quart. Nous reprendrons la route après un bon café, notre sac plein de biscuits de Sara.

La neige est tombée toute la nuit avec beaucoup de vent. Cela continue toute la journée. Parfois nous ne voyons rien à un mètre et le vent nous fait pencher. Peu nous importe, Lorenz nous accueille chez lui ce soir. Il nous enmène au bar où il travaille. Derrière le gymnase de la ville, on pousse une porte et un lieu chaleureux s’offre à nous. Ambiance roots-hippie-rock. Il y a ce tissu lune et soleil qui me fait penser à mon frère au mur. Ce soir-là, nous voulions offrir une bière à notre hôte mais nous ne paierons rien. Le patron et un client nous invite.

randonnée allemagne tempête

Tempête de neige

Les spécialités Bavaroises

En Suisse, chacun se doit d’offrir du chocolat, en Bavière c’est la bière et le Schnaps. On frappe à une porte pour de l’eau, Paula nous propose des bretzels et de la saucisse bavaroise à déguster au soleil, sur la terrasse du jardin. Son fils nous offre une bière et un petit Schnaps avant de repartir.

Bretzel, Weißwurst et moutarde douce

Bière de Chiemsee

Bière de Chiemsee

Käse spätzle

Käse spätzle

Avant de quitter le pays, une mongolfière atterrie sur notre chemin. Encore une bière avec le conducteur et son équipe. Il nous explique le B.A.Ba du ballon.

mongolfiere mongolfiere biere fruh

La magie de l’autostop

Enfin, nous testerons l’autostop aussi en Allemagne et en Autriche pour descendre à Westendorf rejoindre des voyageurs aguerris.  Vincent les a rencontrés sur le GR20 en Corse. Nicol et Gerhard ont notamment traversé les Amériques à vélo en trois ans. Ils ont joué un rôle dans notre projet. Leurs histoires rendent notre périple possible. Nous passerons de beaux moments avec eux, nous accordant un peu de repos dans notre longue marche. Luge, sauna et cuisine italienne seront de la partie.

De retour en Bavière pour nos derniers kilomètres avant Salzbourg, nous faisons de belles rencontres en voiture. Elles nous redonnent l’envie d’avancer malgré l’hiver.
En fin de course, un camping car s’arrête. Inge rentre de sa ballade quotidienne à ski. Elle nous conduit au Lac Chiemsee et nous propose de dormir chez elle. Nous passons une belle soirée avec elle et Rainer, son mari. Ils aiment le vin rouge et nous ouvrent une bouteille de St-Emilion. Ils nous invitent à rester une journée de plus pour visiter les îles du Lac et goûter les Käse Spätzles cuisinés par Rainer, les meilleurs de Bavière !

Autostop - direction Chiemsee

Autostop – direction Chiemsee

Fraueninsel - Chiemsee

Fraueninsel – Chiemsee

Nous entrons en Autriche (pour de bon cette fois-ci) par Salzbourg. Nous avons parcouru environ 1770 kilomètres depuis Lacanau Océan : 1532 à pied et 238 en autostop. Le plus gros de l’hiver est dernière nous. On continue (« We don´t quit ! »), objectif Vienne !